Criminalité Transnationale: Nécessité de Réprimer et d’Eduquer

IMG_3015Brazzaville, 12 avril 2015 – Environ 80 personnes dont des journalistes, des étudiants et des représentants de la société civile ont participé à la session d’information que le Centre d’Information des Nations Unies a organisée le 10 avril 2015 à Brazzaville sur la criminalité transnationale et la justice pénale. L’activité a eu lieu dans le cadre de la promotion du 13è Congrès des Nations Unies sur le même sujet (Doha, Qatar, 12-19 avril 2015). Dans son mot préliminaire, Prosper Mihindou, Responsable du Centre d’Information des Nations Unies et modérateur de cette activité, a rappelé que la criminalité transnationale est un phénomène mondial qui nécessite des solutions globale. Il a aussi souligné le thème du congrès de Doha, à savoir, « L’intégration de la prévention de la criminalité et de la justice pénale dans la stratégie plus large de l’Organisation des Nations Unies, pour faire face aux problèmes sociaux et économiques et pour promouvoir l’état de droit aux niveaux national et international et la participation du public ». Les principaux orateurs ont été le Président de l’Observatoire Anti-Corruption, le Vice Président de la Commission Nationale de lutte contre la Corruption, le Directeur de la Police Judiciaire et  un magistrat du Tribunal de grande instance de Brazzaville. IMG_3022 Définie comme un ensemble d’activités illicites (trafic de drogues, des êtres humains, d’armes, blanchiment d’argent, corruption, terrorisme, cybercriminalité, etc, ) la criminalité transnationale revêt de nouvelles formes et représente une menace pour les États, ont souligné les uns et les autres.  Les échanges ont abouti à la nécessité d’une répression certes mais aussi de l’éducation, la sensibilisation des citoyens pour réduire l’influence du phénomène./-