Renforcer les capacités des personnels de santé

OMSBrazzaville, 2 décembre 2013 – 70 experts de la santé  (doyens d’institutions de formation médicale, en soins infirmiers et en sciences de la santé, ainsi que des partenaires au développement et des associations professionnelles) se sont réunis à Brazzaville pour échanger sur la manière dont les pays peuvent renforcer les capacités de leurs ressources humaines pour la santé afin de leur permettre de contribuer à la réalisation de la couverture sanitaire universelle dans la Région africaine.

 S’adressant aux participants à l’ouverture de la réunion, le Dr Luis Sambo, Directeur régional de l’Organisation mondiale de la Santé pour l’Afrique, a déclaré que : «La couverture sanitaire universelle vise à garantir l’accès de toutes les populations à des services de soins de santé de qualité sans que le coût de ces services n’entraîne des difficultés financières pour les usagers.»

Tout en soulignant les progrès réalisés par certains pays, le Directeur régional a indiqué que beaucoup d’efforts doivent encore être entrepris. En effet, la Région africaine a besoin d’au moins un million de nouveaux agents de santé qualifiés – et déployés partout où le besoin s’en ressent – pour assurer des prestations de services de santé de qualité. En outre, les pays de la Région souffrent d’une faible capacité d’éducation et de formation, de la pénurie de ressources financières, du manque de données complètes sur les personnels de santé et du manque d’informations susceptibles d’orienter la prise de décision, entre autres.

Pour faire face à ces défis, les ministres de la Santé de la Région africaine de l’OMS ont adopté, l’année dernière, la «Feuille de route pour augmenter les effectifs sanitaires en vue d’une meilleure prestation de services de soins de santé dans la Région africaine 2012-2025». Cette Feuille de route recommande des actions prioritaires à mener dans six axes stratégiques, notamment : le renforcement des capacités d’encadrement et de gouvernance des personnels de santé; le renforcement des capacités de réglementation des ressources humaines pour la santé; l’intensification de l’enseignement et de la formation des personnels de santé; l’optimisation du déploiement, de la fidélisation et du rendement des personnels de santé disponibles; l’amélioration des informations sur les personnels de santé et la production de bases factuelles pour la prise de décision; le renforcement du dialogue et du partenariat pour les personnels de santé.

Le Dr Sambo a exhorté les ministères de la Santé à jouer le rôle de chef de file et à renforcer la collaboration avec d’autres départements ministériels clés tels que l’Éducation, les Finances, l’Emploi, sans oublier le secteur privé, les universités, les associations professionnelles et d’autres parties prenantes à la santé, en vue de mettre en place des mécanismes appropriés susceptibles d’optimiser les synergies et d’éviter la fragmentation./-