La lutte contre VIH/Sida financée à 50% par des ressources nationales

Brazzaville – M. Michel Sidibé, Directeur Exécutif de l’ONUSIDA, Secrétaire Général adjoint des Nations Unies, a effectué une visite de travail à Brazzaville du 10 au 11 octobre 2012.

sidibe

M. Sidibé Directeur Exécutif de l’ONUSIDA reçu par le Président Sassou Nguesso

Au terme de sa rencontre avec le Président de la République, M. Denis Sassou Nguesso, il s’est félicité de l’exemple du Congo où « la réponse nationale au VIH/Sida est financée à 50% par des ressources du budget national», ajoutant « qu’on voudrait voir ce genre de mouvement naître partout en Afrique où 90% des malades du sida sont sous traitement grâce aux ressources extérieures».

M. Sidibé a également rencontré des responsables d’associations de lutte contre le sida dont Mme Antoinette Sassou Nguesso, épouse du Chef de l’Etat et leader de la Fondation Congo Assistance. « Ce qui a été réalisé dans la lutte contre le sida, l’a été grâce à la société civile. Les ONG ont été capables de poser les problèmes des vulnérables. Sans elles, on n’aurait pas pu combattre le VIH. Grâce à elles, les malades vivent leur positivité de façon positive ».

Avec l’Equipe de pays du Système des Nations Unies, le Directeur Exécutif de l’ONUSIDA a souligné qu’en termes de personnes sous traitement ARV, le rapport est de 6 millions de personnes contre 50.000, il y a dix ans. Pendant la même période, le prix des médicaments est passé de $ 15.000 à $ 80. La pandémie est la première affection à avoir fait l’objet des débats du Conseil de sécurité de l’ONU.

M. Sidibé a aussi développé la vision d’une «ONU utile, performante au profil différent », à la lumière des progrès, des mutations et de l’interdisciplinarité qui caractérise l’économie mondiale. « Il est important que l’on repense stratégiquement notre appui aux Etats-membres », a-t-il dit. Evoquant l’émergence d’une nouvelle gouvernance, M. Sidibé a indiqué que l’Afrique figure parmi les pôles de croissance mondiale. Enfin M. Sidibé a estimé que la transformation de l’Afrique passe par la production des idées, des savoirs ainsi que la promotion de la recherche./-