Archives de catégorie : Dernières nouvelles

Lancement de la Décennie Internationale des Personnes d’Ascendance Africaine (2015-2024)

                                                                                        La migration africaine hors du continent est une réalité fort ancienne due à plusieurs facteurs decade3 decade2 decade1(esclavage, économie, etc). Ces migrants ou leurs descendants ont marqué culturellement et économiquement leur société. Voilà entre autres, ce que Prof Goma Thethe (Université Marien Ngouabi), a souligné lors du lancement de la Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine (2015-2024), le 3 juillet dernier à UNIC Brazzaville. Étudiants, représentants des médias et la société civile étaient présents. Environ 200 millions de personnes se considérant d’ascendance africaine vivent en Amérique. Des millions d’autres vivent dans diverses régions du monde, et ce en dehors du continent africain. La Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine a été proclamée par l’Assemblée générale dans sa résolution 68/237.

Criminalité Transnationale: Nécessité de Réprimer et d’Eduquer

IMG_3015Brazzaville, 12 avril 2015 – Environ 80 personnes dont des journalistes, des étudiants et des représentants de la société civile ont participé à la session d’information que le Centre d’Information des Nations Unies a organisée le 10 avril 2015 à Brazzaville sur la criminalité transnationale et la justice pénale. L’activité a eu lieu dans le cadre de la promotion du 13è Congrès des Nations Unies sur le même sujet (Doha, Qatar, 12-19 avril 2015). Dans son mot préliminaire, Prosper Mihindou, Responsable du Centre d’Information des Nations Unies et modérateur de cette activité, a rappelé que la criminalité transnationale est un phénomène mondial qui nécessite des solutions globale. Il a aussi souligné le thème du congrès de Doha, à savoir, « L’intégration de la prévention de la criminalité et de la justice pénale dans la stratégie plus large de l’Organisation des Nations Unies, pour faire face aux problèmes sociaux et économiques et pour promouvoir l’état de droit aux niveaux national et international et la participation du public ». Les principaux orateurs ont été le Président de l’Observatoire Anti-Corruption, le Vice Président de la Commission Nationale de lutte contre la Corruption, le Directeur de la Police Judiciaire et  un magistrat du Tribunal de grande instance de Brazzaville. IMG_3022 Définie comme un ensemble d’activités illicites (trafic de drogues, des êtres humains, d’armes, blanchiment d’argent, corruption, terrorisme, cybercriminalité, etc, ) la criminalité transnationale revêt de nouvelles formes et représente une menace pour les États, ont souligné les uns et les autres.  Les échanges ont abouti à la nécessité d’une répression certes mais aussi de l’éducation, la sensibilisation des citoyens pour réduire l’influence du phénomène./-

Présentation des Plans de Travail 2015 de l’UNDAF

Brazzaville, le 2 Février 2015 – Les différents plans de travail pour la mise en œuvre en 2015 du Plan-Cadre des Nations Unies pour l’aide au Développement (UNDAF 2014-2018) ont été présentés au cours d’une réunion du Comité Directeur de l’UNDAF, co-présidée par M. Léon Raphael Mokoko, Ministre Délégué, chargé du Plan et de l’Intégration et M. Anthony Ohemeng-Boamah, Coordonnateur cda1Résident du Système des Nations Unies, le 2 février 2015 à Brazzaville.

Réunion du Comité Directeur

Réunion du Comité Directeur

Étaient également présents en tant que membres du Comité Directeur, les Directeurs de cabinet et Directeurs Généraux de départements ministériels et présidents de groupes des résultats de l’UNDAF, les Chefs d’Agences du système des Nations Unies en République du Congo. Ces plans de travail capitalisent sur la revue annuelle de 2014, première année de la mise en œuvre de l’UNDAF. Ils portent sur les actions de six groupes de résultat que sont : (1) la gouvernance ; (2) l’éducation ; (3) la santé, eau et assainissement ; (4) la nutrition et la sécurité alimentaire ; (4) la protection sociale ; (5) l’environnement et le développement durable. Cette année les agences du système des Nation Unies à travers leur plan de développement mettent l’accent sur ce qui suit : (1) l’accompagnement du dispositif du processus électoral et l’appui aux entités locales à travers les plans de développement local ; (2) l’adhésion du Congo au partenariat mondial pour l’éducation, un accès à l’éducation plus accrue à travers des meilleures approches et les cantines scolaires ; (3) l’amélioration de la couverture des districts sanitaires, les actions de prévention de maladie, l’appui à la femme enceinte et aux enfants ; (4) la mise en œuvre de l’approche REACH, l’appui aux petits fermiers, le développement de l’agriculture, le développement de la pisciculture, la gestion durable des produits forestiers non ligneux contribuant à la sécurité alimentaire ; (5) le renforcement des mesures de protection sociale en faveur des populations les plus vulnérables ; (6) le renforcement du cadre pour la gestion de l’environnement, la promotion des énergies nouvelles et renouvelables, la mise en œuvre de la stratégie de prévention, la gestion des catastrophes, la gestion des déchets et la conservation de la biodiversité.

Se félicitant de l’engagement du Gouvernement, le Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies a qualifié de « signe positif » le niveau d’appropriation des programmes et projets initiés par le système des Nations Unies en République du Congo. Réitérant la volonté du Gouvernement, le Ministre du Plan, pour sa part, s’est engagé à poursuivre cette coopération au travers de la formulation des projets et programmes, leur mise en œuvre et le suivi et évaluation de toutes les initiatives de l’UNDAF. L’UNDAF constitue le cadre de planification des actions menées par les d’agences du système des Nations Unies en appui au développement. Il permet d’éviter la dispersion et le double emploi, recherche plus de cohésion et vise les résultats. Il est mis en œuvre à travers des plans de travail conjoints avec la partie nationale et s’appuie sur les avantages comparatifs des Agences des Nations Unies./-

A’Salfo du Groupe Magic System Plaide en Faveur de la Jeunesse

Conférence de presse: Mme Santana, Représentante de         l'UNESCO  et A'Salfo assis (de g. à d.),  et M. Mihindou de l'UNIC (debout).

Conférence de presse: Mme Santana, Représentante de l’UNESCO et A’Salfo assis (de g. à d.), et M. Mihindou de l’UNIC (debout).

Brazzaville, le 16 Février 2015 – Salif Traoré dit A’Salfo, le leader du Groupe Magic System et Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO a plaidé en faveur d’une jeunesse africaine « éduquée, formée, qui se prend en main », au cours d’une conférence de presse, tenue lundi 16 février 2015 au Centre d’Information des Nations Unies de Brazzaville, au terme du festival de musique dont il était l’invité.

Plus connu sous le nom de « Premier Gaou », du titre de l’œuvre qui l’a propulsé sur la scène musicale internationale, l’Ambassadeur de bonne volonté, s’est félicité de ce que la jeunesse soit au cœur des programmes politiques en Afrique. De ce fait, il a souligné la nécessité de « donner l’occasion de travailler aux jeunes (…) d’occuper la jeunesse ». Car, « une jeunesse désœuvrée et sans emploi est manipulable », a-t-il affirmé. Il a exhorté les jeunes à garder d’espoir, de « croire en soi et en son avenir ».

Se fondant sur le leit motiv de l’UNESCO, « construire la paix dans l’esprit des hommes et des femmes », A’Salfo a déclaré : « Il est utile de rappeler que le Congo s’approche d’une échéance électorale et dans tous les pays du monde, à l’approche de telles échéances, les populations sont tendues. Et c’est notre mission à l’UNESCO de pouvoir lancer ce message d’apaisement et de cohésion et de parler des valeurs du vivre ensemble ».

Les jeux africains prévus en Septembre prochain à Brazzaville offrent une opportunité de donner la chance non seulement au sport mais aussi à la culture, a –t-il dit.

Journalistes présents.

Journalistes présents.

Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO pour l’Alphabétisation et la Culture de paix depuis 2008, Salif Traoré estime que cette charge bénévole constitue un appel à la responsabilité. A cet égard, il a construit des écoles sur ses droits d’auteur. Initiateurs du rythme Zouglou, A’Salfo et le Groupe Magic System ont seize disques d’or et seize de platine à leur palmarès./-

Holocauste: En Parler Pour Prévenir d’Autres Génocides

Screening of the documentary -1Brazzaville, le 27 Janvier 2015 – Les dangers de la xénophobie, la haine, l’intolérance et l’extrémisme à tous les niveaux étaient au centre du focus que le Centre d’Information des Nations Unies a organisé pour marquer la journée internationale des victimes de l’holocauste, le 27 janvier 2015. L’événement a rassemblé environ 80 personnes dont des représentants du Ministère des Affaires Etrangères et des médias, des étudiants de l’Université Libre du Congo et de l’Ecole Nationale et Moyenne d’administration (ENMA). Au menu, la projection de deux courts documentaires, à savoir « les chemins vers le crime nazi » et « le programme de l’ONU sur l’holocauste » ainsi que une communication du prof. Goma Thetet, spécialiste des questions du génocide à l’Université Marien Ngouabi sur la résurgence des extrémismes et la jeunesse. Puis, Mme Jennifer Goldstein, d’origine juive a fait une présentation sur l’histoire et l’identité du peuple juif. Un riche échange s’est instauré parmi les participants sur les moyens de prévenir les génocides et autres actes inhumains à l’avenir. Une exposition de documents historiques, de photos et posters sur l’holocauste s’est tenue du 27 au 30 janvier au Centre d’Information des Nations Unies./-

Nos droits 365 jours par an

Brazzaville, le 10 Décembre 2014 – Environ 100 étudiants, élèves, représentants de la société civile et des médias se sont retrouvés au Centre d’Information des Nations Unies (UNIC Brazzaville) pour célébrer la Journée des Droits de l’Homme, le 10 décembre 2014.

Projection du documentaire "Nous y étions"

Projection du documentaire « Nous y étions »

Placée sous le thème mondial « Droits de l’Homme 365 jours par an », une rencontre-débat ponctuée par deux vidéos intitulées respectivement « La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme » et « Nous y étions » a permis aux participants de saisir que chaque jour est une Journée des droits de l’homme. En effet ce thème souligne la promesse des trente articles de  la Déclaration universelle d’offrir à chacun d’entre nous, partout, à tout moment le droit de jouir de la gamme complète des droits de l’homme. Lesquels droits sont inaliénables et nous unissent en tant que communauté mondiale avec les mêmes idéaux et valeurs.

Soulignant à cet égard que l’État demeure le premier pourvoyeur et protecteur des Droits de l’Homme, certains abus et violations quotidiens ont été épinglés par les débatteurs, à la lumière du message de   M. Ban Ki-moon, Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies, à cette occasion.

Rencontre-débat sur "Droits de l'Homme 365 jours par an"

Rencontre-débat sur « Droits de l’Homme 365 jours par an »

« Nous dénonçons les autorités qui dénient les droits d’une personne ou d’un groupe quelconque. Nous affirmons que les droits de l’homme sont notre apanage à tous, en toutes circonstances : qui que nous soyons, (…). C’est une question de justice pour les individus, de stabilité pour les sociétés et de progrès pour le monde entier. L’Organisation des Nations Unies défend les droits de l’homme parce que c’est pour elle une mission qu’elle accomplit avec fierté et parce que, quand les gens peuvent jouir de leurs droits, les économies prospèrent et les pays sont en paix ».

Exposition des documents sur les droits de l'homme

Exposition des documents sur les droits de l’homme

Une mini-exposition montée à cette occasion, a mis en relief les principaux documents de référence des Droits de l’Homme (Charte des Nations Unies,  Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, ABC des Nations Unies, Fiche d’information, etc).

L’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 10 décembre Journée des droits de l’homme en 1950 (résolution 423 (V) ) afin de promouvoir auprès de tous les peuples la Déclaration universelle des droits de l’homme, idéal commun à atteindre par tous et par toutes les nations./-

En signe de solidarité avec le peuple palestinien

Ballet Tam Tam Sans Frontières

Ballet Tam Tam Sans Frontières

Brazzaville, 27 Novembre 2014 – Chants religieux et ballet ont marqué la journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien, le 27 Novembre 2014 au Centre d’Information des Nations Unies (UNIC Brazzaville). Représentants de la société civile, étudiants et médias étaient présents en signe de solidarité avec ce peuple qui aspire à la reconnaissance internationale.

Le groupe de chants de l’Église de réveil « Cœur de Jésus » et le ballet « Tam Tam Sans Frontières » ont agrémenté  la cérémonie inscrite dans le cadre l’Année Internationale de Solidarité avec le Peuple Palestinien, proclamée par l’ONU.

Groupe de chants Jesus' Singers

Groupe de chants Jesus’ Singers

Dans un message à cette occasion, le Secrétaire Général de l’ONU, Ban Ki-moon, a réaffirmé que « seule une solution politique négociée et juste, fondée sur les résolutions de l’Organisation des Nations Unies, peut mettre fin au conflit. (…) Liés par la géographie, Israéliens et Palestiniens ont un destin commun. Il n’est pas question de faire disparaître les uns ou les autres. En effet, dit-il, « nous venons de vivre une nouvelle année de tristesse et de désolation pour les Palestiniens, les Israéliens et tous les militants de la paix. L’été dernier, pendant 50 jours atroces, le monde a été témoin d’une guerre sans merci à Gaza, la troisième du genre en six ans »./-

Renforcer les capacités des personnels de santé

OMSBrazzaville, 2 décembre 2013 – 70 experts de la santé  (doyens d’institutions de formation médicale, en soins infirmiers et en sciences de la santé, ainsi que des partenaires au développement et des associations professionnelles) se sont réunis à Brazzaville pour échanger sur la manière dont les pays peuvent renforcer les capacités de leurs ressources humaines pour la santé afin de leur permettre de contribuer à la réalisation de la couverture sanitaire universelle dans la Région africaine.

 S’adressant aux participants à l’ouverture de la réunion, le Dr Luis Sambo, Directeur régional de l’Organisation mondiale de la Santé pour l’Afrique, a déclaré que : «La couverture sanitaire universelle vise à garantir l’accès de toutes les populations à des services de soins de santé de qualité sans que le coût de ces services n’entraîne des difficultés financières pour les usagers.»

Tout en soulignant les progrès réalisés par certains pays, le Directeur régional a indiqué que beaucoup d’efforts doivent encore être entrepris. En effet, la Région africaine a besoin d’au moins un million de nouveaux agents de santé qualifiés – et déployés partout où le besoin s’en ressent – pour assurer des prestations de services de santé de qualité. En outre, les pays de la Région souffrent d’une faible capacité d’éducation et de formation, de la pénurie de ressources financières, du manque de données complètes sur les personnels de santé et du manque d’informations susceptibles d’orienter la prise de décision, entre autres.

Pour faire face à ces défis, les ministres de la Santé de la Région africaine de l’OMS ont adopté, l’année dernière, la «Feuille de route pour augmenter les effectifs sanitaires en vue d’une meilleure prestation de services de soins de santé dans la Région africaine 2012-2025». Cette Feuille de route recommande des actions prioritaires à mener dans six axes stratégiques, notamment : le renforcement des capacités d’encadrement et de gouvernance des personnels de santé; le renforcement des capacités de réglementation des ressources humaines pour la santé; l’intensification de l’enseignement et de la formation des personnels de santé; l’optimisation du déploiement, de la fidélisation et du rendement des personnels de santé disponibles; l’amélioration des informations sur les personnels de santé et la production de bases factuelles pour la prise de décision; le renforcement du dialogue et du partenariat pour les personnels de santé.

Le Dr Sambo a exhorté les ministères de la Santé à jouer le rôle de chef de file et à renforcer la collaboration avec d’autres départements ministériels clés tels que l’Éducation, les Finances, l’Emploi, sans oublier le secteur privé, les universités, les associations professionnelles et d’autres parties prenantes à la santé, en vue de mettre en place des mécanismes appropriés susceptibles d’optimiser les synergies et d’éviter la fragmentation./-

 

Surprising Europe

Surprising Europe aBrazzaville, 31 Août 2013 – « Surprising Europe », un documentaire sur la problématique des migrations a été projeté le 31 Août 2013 au Centre d’Information des Nations Unies (UNIC Brazzaville). A la lumière des drames de l’immigration qui frappent la jeunesse africaine, un intéressant débat sur les causes et conséquences de ce phénomène s’est instauré parmi les spectateurs. L’activité était conjointement organisée par l’Organisation Internationales des Migrations (OIM) et UNIC./-

UNIC Brazzaville accueille le Directeur du Centre Culturel Russe

De gauche à droite: le Responsable de l'Information de l'UNIC, le Directeur du Centre Culturel Russe et l'Assistante Documentaliste.

De gauche à droite: le Responsable de l’Information de l’UNIC, le Directeur du Centre Culturel Russe et l’Assistante Documentaliste.

Brazzaville, 21 Août 2013 – Le Responsable de l’Information du Centre d’Information des Nations Unies a échangé avec le Directeur du Centre Culturel Russe sur les questions de coopération entre les deux institutions. La discussion a porté essentiellement sur les avantages comparatifs que présentent les deux organismes et les perspectives de mutualisation pour un impact dans l’information du public congolais. La rencontre s’est déroulée en présence de l’Assistante Documenatliste. Un lot de documents des Nations Unies a été offert au visiteur./-