Liberté de la Presse et Promotion des ODD

odd 16 journalistesBrazzaville, 06 Mai 2016 – « Liberté d’expression et promotion des Objectifs du Développement Durable (ODD)« , tel est le thème de la rencontre d’information et d’échange organisée pour marquer la Journée Mondiale de la Liberté de la Presse, le 6 Mai 2016 à UNIC Brazzaville.  Au terme du mot de son mot de bienvenue, Prosper Mihindou, Chargé de Bureau du Centre d’Information des Nations Unies et modérateur de la rencontre, a fait une lecture publique des messages du Secrétaire Général des Nations Unies, Ban Ki-moon et de la Directrice Générale de l’UNESCO, Irina Bokova.

Un reportage de la Télévision des Nations Unies intitulé  « Exploiter les rayons solaires » a été projeté pour montrer l’impact des ODD dans la vie des populations. Puis ont suivi successivement les communications suivantes: (1) Les 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) par Mme Claude Angela Mabassy; (2) Impact de la diversité des expressions culturelles sur la promotion des Objectifs de Développement Durable (ODD), cas ODD 16 par M. Robert Ludovic Miyouna; (3) Bonnes pratiques de la production de contenus médiatiques sur l’environnement et les changements climatiques par M. Godefroy Yombi.  IMG_3689 Etait présente une soixantaine de personnes parmi lesquelles Mme Ana Santana, Représentante de l’UNESCO, des journalistes, des membres du Conseil Supérieur de la liberté de communication, des artistes et étudiants en journalisme.  Une interaction dynamique a marqué l’activité/-

 

Dialogues avec les Candidats au Poste de Secrétaire Général de l’ONU

20 avril 2016 – L’Organisation des Nations Unies a donné le coup d’envoi mardi à une procédure inédite dans son histoire avec des rencontres publiques entre l’Assemblée générale et chaque candidat au poste de Secrétaire général de l’ONU. « Pour la première fois dans les 70 ans d’histoire de cette Organisation, le processus pour sélectionner et nommer le prochain Secrétaire général est véritablement guidé par les principes de transparence et d’ouverture, et les dialogues que nous commençons aujourd’hui sont au cœur de ce changement », a déclaré le Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, Mogens Lykketoft, au début de ce processus.

« Alors que l’ONU doit faire face à des crises multiples et que l’Organisation doit affronter des questions fondamentales concernant son propre rôle et son fonctionnement, trouver le meilleur candidat possible pour succéder au Secrétaire général Ban Ki-moon est absolument crucial », a-t-il ajouté. Il y a huit candidats pour remplacer l’actuel Secrétaire général Ban Ki-moon dont le mandat expire le 31 décembre 2016.

Ces rencontres ont pris trois jours. Chaque candidat a eu deux heures au cours desquelles il a fait une présentation orale de sa candidature et répondu à des questions posées par les Etats membres et la société civile.

Les candidats, dont quatre hommes et quatre femmes, sont : M. Srgjan Kerim, de l’ex-République yougoslave de Macédoine, Mme Vesna Pusic, de la Croatie, M. Igor Luksic, du Monténégro, M. Danilo Türk, de la Slovénie, Mme Irina Bokova, de la Bulgarie, Mme Natalia Gherman, de la République de Moldavie, M. Antonio Guterres, du Portugal, et Mme Helen Clark, de la Nouvelle-Zélande.

Ces dialogues publics informels sont une nouveauté dans le processus de sélection du Secrétaire général, qui doit aboutir à la recommandation d’un candidat par le Conseil de sécurité de l’ONU. Jusqu’à présent, les huit précédents Secrétaires généraux que l’ONU a eus en 70 ans d’existence ont tous été sélectionnés par les 15 membres dans le cadre d’un processus relativement fermé. Les promoteurs de ces dialogues informels espèrent que cet exercice de transparence dans la sélection du prochain Secrétaire général influera sur la recommandation faite par le Conseil./-

Dialogues avec les Candidats au Poste de Secrétaire Général de l’ONU

 

GA am

GA am

GA pm

The General Assembly is holding informal dialogues on 12-14 April with eight candidates for the position of the next Secretary-General of the United Nations.  Vesna Pusic, First Deputy Prime Minister and Minister of Foreign and European Affairs of the Republic of Croatia, addresses Member States regarding his candidacy.

20 avril 2016 – L’Organisation des Nations Unies a donné le coup d’envoi mardi à une procédure inédite dans son histoire avec des rencontres publiques entre l’Assemblée générale et chaque candidat au poste de Secrétaire général de l’ONU.

 

Srgjan Kerim Yougoslavie

« Pour la première fois dans les 70 ans d’histoire de cette Organisation, le processus pour sélectionner et nommer le prochain Secrétaire général est véritablement guidé par les principes de transparence et d’ouverture, et les dialogues que nous commençons aujourd’hui sont au cœur de ce changement », a déclaré le Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, Mogens Lykketoft, au début de ce processus.Helen Clark

« Alors que l’ONU doit faire face à des crises multiples et que l’Organisation doit affronter des questions fondamentales concernant son propre rôle et son fonctionnement, trouver le meilleur candidat possible pour succéder au Secrétaire général Ban Ki-moon est absolument crucial », a-t-il ajouté.

Il y a huit candidats pour remplacer l’actuel Secrétaire général Ban Ki-moon dont le mandat expire le 31 décembre 2016.Vuk Jeremic Serbie

Ces rencontres ont pris trois jours. Chaque candidat a eu deux heures au cours desquelles il a fait une présentation orale de sa candidature et répondu à des questions posées par les Etats membres et la société civile.

Les candidats, dont quatre hommes et quatre femmes, sont : M. Srgjan Kerim, de l’ex-République yougoslave de Macédoine, Mme Vesna

 

Pusic, de la Croatie, M. Igor Luksic, du Monténégro, M. Danilo Türk, de la Slovénie, Mme Irina Bokova, de la Bulgarie, Mme Natalia Gherman, de la République de Moldavie, M. Antonio Guterres, du Portugal, et Mme Helen Clark, de la Nouvelle-Zélande.

Ces dialogues publics informels sont une nouveauté dans le processus de sélection du Secrétaire général, qui doit aboutir à la recommandation d’un candidat par le Conseil

 

de sécurité de l’ONU. Jusqu’à présent, les huit précédents Secrétaires généraux que l’ONU a eus en 70 ans d’existence ont tous été sélectionnés par les 15 membres dans le cadre d’un processus relativement fermé. Les promoteurs de ces dialogues informels espèrent que cet exercice de transparence dans la sélection du prochain Secrétaire général influera sur la recommandation faite par le Conseil./-

Stakeout

République du Congo : l’ONU s’inquiète d’informations alarmantes sur des violations des droits de l’homme

New York/Genève/Brazzaville, le 14 avril 2016 – Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, s’est dit profondément préoccupé mercredi par les informations récentes selon lesquelles les opérations de sécurité menées par le gouvernement de la République du Congo dans la région du Pool auraient donné lieu à des attaques contre des cibles civiles et des déplacements de populations des zones touchées.Ban ki-moon 1

« Il est également préoccupé par les restrictions en matière d’accès à la région, qui empêchent de collecter et d’évaluer de manière adéquate la situation », a dit son porte-parole dans un communiqué de presse.

Le Secrétaire général a exhorté le gouvernement de la République du Congo à veiller à ce que les travailleurs humanitaires et autres acteurs concernés bénéficient d’un accès aux zones et aux populations affectées, et que les forces de sécurité agissent en conformité avec les obligations du pays en vertu des droits de l’homme et du droit international humanitaire.

« Le Secrétaire général condamne tous les actes de violence. Il appelle toutes les parties à faire preuve de retenue et à engager un dialogue constructif et inclusif à la suite de l’élection présidentielle », a ajouté son porte-parole.

Ban Ki-moon a dépêché son Représentant spécial pour l’Afrique centrale et Chef du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale, Abdoulaye Bathily, à Brazzaville pour consulter les autorités nationales et les autres parties prenantes afin de désamorcer les tensions.

Plus tôt mercredi, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, s’est également inquiété d’informations alarmantes sur des violations des droits de l’homme au sud de Brazzaville, la capitale de la République du Congo, quelques semaines après la réélection du Président Denis Sassou-Nguesso.

Ces rapports concernent « une opération de sécurité menée, semble-t-il, par le gouvernement dans une zone située dans le sud de Brazzaville et dénommée le Pool », a précisé M. Zeid dans un communiqué de presse.

Depuis les élections présidentielles du 20 mars, des rapports font état d’opérations de sécurité menées contre des chefs de l’opposition et leurs partisans, qui auraient attaqué un poste de police et certaines zones dans le sud de la capitale le 4 avril. Le gouvernement a annoncé que 17 personnes avaient péri lors de ces opérations militaires, dont trois membres des forces de sécurité, et que plusieurs autres personnes avaient été blessées, a précisé le Haut-Commissaire.

Des informations font également état d’arrestations massives et de cas de torture en détention, ainsi que du meurtre et du déplacement de personnes originaires du Pool. Ces rapports sont difficiles à vérifier en raison du manque d’accès à cette zone par des acteurs indépendants, a souligné M. Zeid.ZeidRights1

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme a exhorté le gouvernement « à garantir que les acteurs humanitaires puissent avoir accès sans délai au Pool et que les forces de sécurité agissent en parfaite conformité avec les obligations de la République du Congo au regard du droit international des droits de l’homme ».

« Tout incident impliquant l’emploi de la force par les forces de sécurité, en particulier si elle a des conséquences mortelles, doit faire l’objet d’une enquête approfondie, rapide et impartiale. Aucune personne arrêtée et détenue ne devrait subir de mauvais traitement », a-t-il ajouté. « Par ailleurs, toute personne arrêtée et détenue devrait être soit inculpée et comparaître devant un juge, en accord avec les standards internationaux en matière de procédure régulière, soit être rapidement relâchée ».

M. Zeid a également exhorté le gouvernement, les responsables politiques et leurs partisans, « à s’efforcer de résoudre tous leurs différents de manière pacifique et dans le cadre de la loi, et à éviter tout recours à la violence dans l’exercice de leurs libertés d’expression, d’association et de rassemblement pacifique »./-

Combattre l’Idéologie Génocidaire

flame de l'espoir1Brazzaville, 8 avril 2016 – Conformément à la résolution A/RES/58/234 de l’Assemblée Générale des Nations Unies, la Journée Internationale de Réflexion sur le Génocide du Rwanda a eu lieu Jeudi 7 avril 2016 à Brazzaville à l’initiative de l’Ambassade du Rwanda en partenariat avec le Système des Nations Unies et le Gouvernement. A cette occasion, le Coordonnateur Résident des Nations Unies a délivré le message du Secrétaire Général des Nations Unies ci-dessous.

En 1994, plus de 800 000 personnes – en grande majorité des Tutsis, mais aussi des Hutus modérés, des Twa et d’autres – ont été systématiquement assassinées dans tout le Rwanda. En cette Journée internationale, nous nous souvenons de tous ceux qui ont trouvé la mort pendant le génocide et réaffirmons que nous sommes déterminés à empêcher que de telles atrocités ne se reproduisent, où que ce soit dans le monde.

Le courage des survivants, qui nous a montré que la réconciliation est possible même après une telle tragédie, doit être une source d’inspiration pour nous tous. Dans la région des Grands Lacs, qui fait toujours face à de graves menaces à la paix et à la sécurité, l’apaisement et la reconstruction demeurent des objets essentiels.

flame de l'espoir0Honorer les victimes du génocide au Rwanda, c’est aussi œuvrer en faveur de la justice et amener les responsables à répondre de leurs actes. Je félicite les États Membres de la région et au-delà de l’action qu’ils continuent de mener pour arrêter et transférer les derniers fugitifs et mettre fin à l’impunité. Le meilleur moyen de garantir que le génocide et les autres violations flagrantes du droit international et des droits de l’homme ne se reproduisent pas est de reconnaître notre responsabilité commune et de nous engager à unir nos forces pour protéger ceux qui sont menacés.

Le génocide n’est pas un événement ponctuel : c’est un processus qui se déroule dans le temps et qui se prépare. L’histoire a montré à plusieurs reprises qu’aucune région du monde n’est à l’abri. L’un des principaux signes précurseurs du génocide est la propagation, dans le débat public et les médias, de propos haineux visant tel ou tel groupe de population.

Cette année, le thème retenu pour la célébration de la Journée internationale est « Combattre l’idéologie génocidaire ». Il est indispensable que les gouvernements, l’appareil judiciaire et la société civile fassent preuve de fermeté face aux propos haineux et aux individus qui incitent à la division et à la violence. Si nous voulons bâtir des sociétés justes et pacifiques, nous devons promouvoir flame de l'espoir21l’inclusion, le dialogue et l’état de droit.

L’histoire du Rwanda nous livre un enseignement essentiel. Si la capacité de commettre les pires infamies est inhérente à toute société, il en va de même de vertus telles que la compréhension, la générosité et la réconciliation. Cultivons ces qualités, que nous partageons tous en tant qu’êtres humains, pour aider à faire en sorte que chacun puisse vivre dans la dignité et la sécurité./-

L’ONU Condamne les Violences en République du Congo

Brazzaville, 7 avril 2016 – Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afrique centrale, Abdoulaye Bathily, a condamné mardi des actes de violence qui ont eu lieu dans la périphérie de Brazzaville, en République du Congo, deux semaines après la réélection du Président Denis Sassou-Nguesso.

M. Bathily « suit de près l’évolution de la situation en République du Congo suite aux événements survenus dans la nuit du 3 au 4 avril à Brazzaville », a indiqué le Bureau des Nations Unies pour l’Afrique centrale (UNOCA) dans un communiqué de presse.

Bathily-CentralAfrica1« Le Représentant spécial du Secrétaire général exprime sa vive préoccupation face aux affrontements armés qui ont eu lieu à la périphérie de Brazzaville et qui ont entraîné un mouvement de panique ainsi que le déplacement d’une partie de la population. Le Représentant spécial du Secrétaire général condamne énergiquement ces actes de violence », a-t-il ajouté. M. Bathily a appelé toutes les parties prenantes congolaises, notamment les acteurs politiques, et les forces de défense et de sécurité, « à faire preuve de retenue et de responsabilité ». Il les a exhortés à privilégier l’intérêt du pays et du peuple congolais, « en s’abstenant de toute action susceptible de compromettre les précieux acquis obtenus à la suite d’une longue et difficile période d’instabilité qu’a connue le pays et dont il tente encore de se remettre ».

Le Représentant spécial a souligné « l’importance du dialogue et du consensus pour trouver une solution pacifique et durable aux contentieux issus des récents développements politiques dans le pays ».

Selon la presse, Brazzaville a été le théâtre de combats dans la nuit du 3 au 4 avril entre les forces de sécurité congolaises et des hommes armés dans les quartiers sud de la capitale. Le gouvernement congolais affirme que ces hommes en armes sont d’anciens rebelles ninjas, des hommes qui se réclament de Frédéric Bintsamou, mieux connu sous le nom de Pasteur Ntumi. Cet ex-chef rebelle, actif entre 1998 et 2003, s’était rangé derrière Guy-Brice Parfait Kolelas, arrivé deuxième lors de l’élection présidentielle./-

2016, Année des Droits des Femmes en Afrique

« 2016, année africaine des droits humains » particulièrement les droits des femmes. Tel est le thème sur lequel les Chefs d’Etats et de F_SDG_Icons-01-05IMG_3550Gouvernement de l’Union Africaine ont planché, le 31 janvier dernier à Addis Abeba. Ce thème a fait l’objet d’une session d’information interactive que l’UNIC Brazzaville a organisée, le 1er Mars 2016, prélude à la Journée Internationale de la Femme. Près d’une centaine de personnes représentant des étudiantes et étudiants, des membres d’ONG, des médias, des femmes universitaires et le système des Nations Unies étaient présentes. Mme Virginie Ndessabéka, Conseillère au Ministère de la Promotion de la Femme a présenté une communication sur le dit thème. Mme Ana Santana, Représentante de l’UNESCO, a présenté l’ouvrage de Sylvie Serbin « Femmes Africaines, Panafricanisme et Renaissance Africaine », édité par cette institution spécialisée des Nations Unies. Prosper Mihindou, Chargé de Bureau de l’UNIC Brazzaville, a modéré l’activité mettant en exergue, les liens entre les OMD et les Objectifs de Développement Durable (ODD) dont les icones étaient déployés dans la salle. Deux brèves vidéos sur les droits humains et la revue de l’année 2015 aux Nations Unies ont été projetées./-

UNDAF : DES PROGRES EN 2015

????????????????????????????????????

Session du Comité Directeur de l’UNDAF

Brazzaville le 29 Février 2016 – Le Comité Directeur du Plan-Cadre des Nations Unies pour l’aide au Développement (UNDAF 2014-2018) a observé des progrès dans la mise œuvre de cet outil en 2015.

 

Au cours de sa cinquième session co-présidée par M. Léon Raphael Mokoko, Ministre du Plan et de l’Intégration et M. Anthony Ohemeng-Boamah, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies, le 29 Février 2016 à Brazzaville, les participants ont noté que dans le domaine de l’environnement et du développement durable, une stratégie nationale de distribution de bois transformés et une stratégie nationale sur l’accès aux ressources génétiques et partage des avantages juste et équitable découlant de leur utilisation ont été validées. 175 ha de mangroves ont été reboisés et les cartes d’occupation des sols sont disponibles. En éducation de base, des modules de formation ont été élaborés et sont en cours d’impression. 55 superviseurs sélectionnés pour la session planifiée en Mars 2016. 567 écoles, 95 000 élèves bénéficiaires, 200 intervenants formés. 2100 enfants et adolescents de RCA ont été dotés en intrants pédagogiques et scolarisés, 60 enseignants du cycle primaire pris en charge. 2.047 tonnes de vivres distribués entre janvier et décembre 2015 au titre du programme des cantines scolaires.

La protection sociale des plus vulnérables a permis la réhabilitation d’un centre d’accueil où 90 filles en situation de rue et leurs enfants (55) ont été prises en charge tandis que 42 sont en formation et insertion professionnelle. Outre le lancement du corps des jeunes volontaires, l’on note également 254 enfants de rue pris en charge, 100 enfants scolarisés, 24 enfants en formation professionnelle, 34 enfants réinsérés dans leur famille et des centres réhabilités et équipés. 1.442 enfants (766 filles / 676 garçons), de 2-5 ans, dont 1.269 réfugiés (72 % RCA), pris en charge dans 3 espaces amis des enfants (Bétou et Ikpembele). 2.700 enfants (1.402 F / 1.298 G), en majorité autochtone, enregistrés à l’état civil à Sibiti et Zanaga (60%). 1565 enfants réfugiés ont reçu des actes de naissances 525 enfants autochtones inscrits et suivis à l’école ; 1.076 dotés en kits scolaires.

????????????????????????????????????

Le Coordonnateur Résident (gauche) et le Ministre du Plan (droite)

Dans le domaine de la santé, 97% enfants ont été vaccinés au BCG, 98% enfants vaccinés contre la polio et la pneumonie, 98% enfants vaccinés au VAR dans la Likouala. 100% d’enfants ont été vaccinés au VAR à Pointe–Noire. La population ayant accès à l’eau potable est passée de 76% en 2013 à 84% en 2015, et de 13 % en 2013 à 15% en 2015 pour l’utilisation des ouvrages d’assainissement. Dans la gouvernance, 52 journalistes et 22 jeunes volontaires formés pour sensibiliser les communautés au processus électoral. Quatre départements (Pool, Brazzaville, Cuvette et Pointe–Noire) ont bénéficié d’une campagne sur le sujet. Au terme d’une riche interaction, le Comité Directeur de l’UNDAF a tiré les leçons et les bonnes pratiques de l’année écoulée. Puis il a fait des recommandations pour l’année 2016 sur la mobilisation des fonds de la contrepartie nationale, la prise en compte des résultats de la gouvernance économique et l’accélération de la mise en œuvre de l’UNDAF.

L’approche « Unis dans l’Action » (DAO) et ses implications en République du Congo a également fait l’objet d’une session de sensibilisation et d’information, le gouvernement ayant officiellement donné son accord pour sa mise en œuvre. Cette approche, recommandée à tous les pays par l’Assemblée Générale des Nations Unies, s’inspire de la réforme des Nations Unies. Articulée autour de l’UNDAF qui est élaboré avec la partie nationale, cette approche s’appuie sur les avantages comparatifs des Agences des Nations Unies et permet de renforcer la cohérence, l’efficacité et l’efficience de leurs actions. L’UNDAF repose sur quatre piliers : un leadership incarné par le Coordonnateur Résident travaillant en étroite collaboration avec l’équipe pays (Chefs d’agences et entités des Nations Unies), un programme conjoint aligné sur le plan national de développement ; un budget commun qui finance toutes les activités programmatiques, des opérations communes et une communication commune pour préserver la cohérence du message et faciliter le plaidoyer.

UNSDG_Logo_2016_FRAu Congo, l’UNDAF se met en œuvre à travers les groupes de travail suivants: (1) la gouvernance ; (2) l’éducation ; (3) la santé, eau et assainissement ; (4) la nutrition et la sécurité alimentaire ; (4) la protection sociale ; (5) l’environnement et le développement durable.   Le Comité Directeur de l’UNDAF est composé des Directeurs de cabinet et Directeurs Généraux de départements ministériels et présidents de groupes des résultats de l’UNDAF, les Chefs d’Agences des Nations Unies le Comité Directeur adopte les plans de travail, passe en revue l’action des Groupes de résultats de l’UNDAF et fait des recommandations../-

17 Objectifs Pour Transformer Notre Monde

UNCG PHOTO1Brazzaville, Février 2016 – L’année 2016 offre une occasion sans précédent de réunir les pays et les peuples pour choisir et emprunter de nouvelles voies afin d’aller de l’avant et d’améliorer la vie des populations partout dans le monde.
Les pays ont adopté un nouveau programme de développement durable, articulé autour de 17 objectifs de développement durable (ODD), ainsi qu’un accord mondial sur le changement climatique.
Découvrez ces différents objectifs en papillon présentés par le Groupe Communication des Nations Unies à Brazzaville./-

Tolérance Zéro l’égard des Mutilations Génitales Féminines

Brazzaville, 18 janvier 2016 – Dans la perspective de la Journée Internationale de Tolérance Zéro l’égard des Mutilations Génitales Féminines (MGF) célébrée le 6 Février de chaque année, des journalistes de la presse écrite « La Semaine Africaine »,  » Les Dépêches de Brazzaville  » et Radio MUCODEC ont participé à une vidéo conférence sur le sujet, le 18 janvier dernier à UNIC Brazzaville. Plus de 140 millions de femmes et filles sont victimes des MGF à travers le monde.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Participants à la vidéo conférence

Ce qui constitue une violation de leurs droits à la santé, au bien être et à disposer de leurs propres corps. Depuis New York, la modératrice, Nafissatou Diop, Chargée des Programmes UNFPA/UNICEF, a mis en exergue les stratégies en vue de l’éradication de ce phénomène dont les effets à court et long terme sur la santé des victimes sont d’ordre physique et psychologique et peuvent entrainer la mort.  Les MGF consistent en l’ablation partielle ou totale des parties génitales féminines extérieures pour des raisons culturelles et non médicales. Les Objectifs du Développement Durables (ODD) appellent les Etats concernés par cette pratique sociale à y mettre fin à l’horizon 2030. La vidéo conférence, initiée par le Département de l’Information de l’ONU, a mis en contact des journalistes de divers pays d’Afrique dont la République du Congo./-